Vers des epousailles economiques du tourisme, du developpement et de l’environnement ; A travers les paiements pour services environnementaux

Authors

  • Oumaima LEHMER Laboratoire Science de Gestion Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales Université Ibn Tofail– Kénitra- Maroc
  • Abderrazak ELABBADI Laboratoire de Communication et Intelligence Territoriale Ecole Nationale de Commerce et de Gestion Université Sidi Mohamed Ben Abdellah – Fès - Maroc
  • Abdlkrim EZAIDI Laboratoire de Géologie, Faculté des Sciences, Université Ibn Zohr – Agadir - Maroc

DOI:

https://doi.org/10.52502/ijesm.v1i1.145

Keywords:

Paiements pour services environnementaux, tourisme, Management touristique, développement durable, environnement, gestion des ressources naturelles et culturelles

Abstract

Après le coup d’envoi des chantiers de développement au Maroc, le tourisme est un secteur qui a été mis en exergue avec une certaine solennité. Il a été considéré comme étant l’un des pilotis des ressources économiques et la machine motrice du développement. En effet, le secteur a renouvelé ses stratégies managériales en définissant des objectifs très ambitieux qui permettent la consolidation et la mise en relief de différents types de tourisme, notamment le durable, le rural et le tourisme de nature.

Ces nouveaux chantiers préconisés ont été pris en considération après les nouvelles envergures qu’a connues le monde, telles que la valorisation du patrimoine culturel, la protection du patrimoine naturel et de l’environnement, les nouvelles destinations rurales… (etc). De l’idée de faire fondre les barrières entre ces différentes considérations, de vouloir participer à la gestion touristique de notre pays et d’attirer l’attention vers les lieux naturels à attraits touristiques ; nous nous somme emportés par l’idée de loger le tout sous la même toiture et c’est là où nous sommes parvenus aux Paiements pour Services Environnementaux (PSE). Notre projet est la définition d’un fond de PSE permettant la préservation, la sauvegarde et la valorisation des sites naturels à caractère touristique, il verra jour à Tafraout/Ameln. Une région appartenant à la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie (RBA), qui offre des ressources d’exception au niveau géographique et socioculturel ainsi que des potentialités naturelles, lui permettant de devenir une destination de tourisme durable et d’écotourisme. L’instauration d’un concept PSE dans cette région prendra la forme d’un financement de système de préservation, de sauvegarde et de promotion, qui aura pour buts de: consolider les efforts de gestion et de management déployés par les acteurs dans le sens de l’environnement, de la nature et du tourisme; d’allouer le financement nécessaire aux frais de gestion et de combler les insuffisances de financement de l’état au profit de la valorisation, la structuration et la préservation des sites naturels touristiques. Toutefois, ce projet fait remonter une panoplie d’interrogations ; Quel sera le montant de ce financement ? Pour quelle démarche de sauvegarde ? Qui en sera le bénéficiaire ? Est-ce que cette nouvelle méthode managériale sera efficiente ? Tant d’autres énigmes ont été résolues dans notre travail de recherche, cet article fera le tour des enquêtes, des études de terrain et des collaborations avec les parties prenantes qui nous ont permises de confectionner notre modèle PSE.

Published

2021-09-18

How to Cite

LEHMER , O., ELABBADI , A. ., & EZAIDI , A. (2021). Vers des epousailles economiques du tourisme, du developpement et de l’environnement ; A travers les paiements pour services environnementaux . International Journal of Economic Studies and Management (IJESM), 1(1), 36-44. https://doi.org/10.52502/ijesm.v1i1.145